Nadine Morano outrée par une femme voilée sur la plage : l’élue UMP fait du pied au FN


Nadine Morano, députée européenne s’est offusquée d’avoir vu une femme voilée sur la plage, au nom de sa conception de la laïcité, dans un post publié sur Facebook ce lundi 18 août. Et si c’était une façon de draguer le FN, s’interroge notre chroniqueur Thierry De Cabarrus.

 

 

 

 

Dans le domaine de la provocation et du ridicule, Nadine Morano semble avoir passé la vitesse supérieure. Elle qui jusqu’à présent, n’avait de cesse de faire du "Hollande bashing", allant jusqu’à reprocher au président de la République d’être né voici soixante ans, enchaîne les nouveaux délires.

Après avoir vertement critiqué Nicolas Sarkozy la semaine dernière, et exprimé à sa façon à la fois spectaculaire et brutale, une sorte de dépit envers celui qui, désormais, semble la snober, voilà qu’elle fait de l’œil à Marine Le Pen et au Front national, en s’attaquant aux femmes voilées sur la plage.

Digne des ténors de l’extrême droite

Sur son compte Facebook, elle publie une sorte de billet d’humeur dans lequel elle s’indigne d’avoir vu, sur la plage où elle se trouvait cet été, une femme installée près d’elle sur le sable, et portant un voile islamique.

Nadine Morano n’hésite pas à publier la photo de cette inconnue, prise par elle, de dos, histoire de crédibiliser ses propos, avant de dérouler un argumentaire xénophobe et populiste digne des ténors de l’extrême droite.

Donc, dans une France laïque, il y aurait quelque chose de choquant à se retrouver assis à côté d’une personne qui porte le voile islamique (il ne s’agit pourtant pas en l’occurrence de voile intégral), même si, dit-elle, ce n’est pas répréhensible puisque la jeune femme a le visage découvert.

Nadine Morano ne dit rien sur sa propre tenue vestimentaire, laissant ses lecteurs libres de l’imaginer en maillot de bains ou, pourquoi, pas, assise sur un transat en tenue de ville.

Les arguments classiques du FN

Notre chroniqueuse d’occasion exprime son indignation non pas parce que sa voisine offenserait le regard des autres (par exemple, en étant nue), mais parce qu’au contraire, elle serait… trop habillée.

Et voilà qu’elle déroule les arguments classiques dans ce domaine, utilisés par les membres du FN : la dame en question serait "soumise" et n’aurait pas les mêmes "droits" que son compagnon qui, lui, s’est mis en maillot de bains et est allé de baigner. Ce serait donc notamment au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes que Nadine Morano enfourcherait ainsi son cheval de bataille.

Elle n’imagine pas un instant que cette jeune femme ait souhaité rester se reposer sur le sable et qu’elle puisse ainsi se sentir libre sous son voile.

Mais elle va plus loin, allant jusqu’à exprimer son propre malaise devant ce couple, manifestement musulman, qui, estime-t-elle sans apporter le moindre argument, "n’aimerait pas la France" :

"La France est un État laïc : Il convient de l'aimer, de respecter sa culture et le droit des femmes ou il convient d'aller vivre ailleurs !"

À deux doigts de réclamer l’apartheid

On se demande ce qui fait dire à notre sniper de l’UMP que ce couple n’a pas sa place, sinon dans notre pays, du moins sur la plage qu’elle-même fréquente . Et ce qui la retient d’aller au bout de son raisonnement et de recommander, dans cette "France des droits de l’homme" qu’elle cite elle-même, la mise en place de plages réservées aux femmes musulmanes.

Nadine Morano a la bonne idée de stopper là sa réflexion, mais chacun peut comprendre que l’apartheid n’est pas loin dans cette manière plutôt abrupte de catégoriser les gens sur une plage.

De quoi faire réagir les associations antiracistes, mais aussi les politiques, comme l’adjoint communiste au maire de Paris, Ian Brossat, sur Twitter :

Femmes voilées à Wissous

On peut se demander si la députée européenne UMP, qui réussit là une rentrée politique spectaculaire, n’a pas péché son indignation dans l’actualité de cet été, simplement pour faire parler d’elle.

En juillet dernier, en effet, le maire UMP de Wissous a interdit à plusieurs femmes de confession musulmane de participer à l’opération "Wissous Plage", au prétexte qu’elles portaient un voile et au nom de sa propre conception de la laïcité.  

L’arrêté municipal a finalement été suspendu sur décision de justice, après la plainte déposée par le Collectif  contre l’islamophobie en France.

Nadine Morano, qui, évidemment, suit l’actualité politique avec le sérieux d’une professionnelle, n’a sans doute pas raté cette polémique et c’est donc sans doute en connaissance de cause qu’elle a publié sur Facebook son billet provocateur, histoire de faire le buzz et, pourquoi pas, un appel du pied à Marine Le Pen.

Dans un tel cas, la référence à Brigitte Bardot (qui a les honneurs du "Figaro Magazine") ne serait peut-être pas aussi fortuite qu’il y paraît.

Car si selon Nadine Morano, l’ex-star de cinéma est l’archétype de la "femme libre" française, elle porte depuis des années et sans le moindre complexe, les idées d’extrême droite.

__________________________________________________________

Source : Nouvel Observateur / Par T, le 18.08.2014 / Relayé par MetaTV(metatv.org)

Partagez Meta TV sur :

Laissez un commentaire